« L’eau la médiatrice » de Rodolf Forget

Partager sur les réseaux sociaux

Nous sommes constitués, en nombres de molécules, à 94,5% d’eau. Autant dire que parler de l’eau revient à parler de l’être humain et de la vie dans son ensemble. Par l’aspect multi-directionnels du sujet, il nous est apparu ainsi judicieux d’établir un projet en deux phases.

La première étant constituée d’une série de films documentaires ou fictionnels à thème comme la santé, l’être de l’eau, l’homéopathie, l’origine cosmique, le cycle de l’eau, l’enfance, l’alimentation et les interviews intégrales des personnes rencontrées.

La deuxième phase sera, quant à elle, la synthèse de la première par la réalisation d’un long-métrage cinématographique.

Tant physique que subtile, l’eau possède des propriétés extraordinaires, ce projet a l’ambition d’en évoquer un large éventail afin de transmettre l’information – telle une médiatrice – à  tous ceux qui se sentent en résonance avec l’idée que l’eau est autre chose qu’une formule chimique simple et n’ayant que des propriétés « utiles » et « banales » pour notre quotidien.

En effet qu’elles soient spirituelles, physiques, artistiques, chimiques, biologiques, sociétales, économiques, géopolitiques, cosmiques, philosophiques, religieuses ou alchimiques, les définitions de l’eau ne manquent pas et sont véritablement méconnues ou dispersées. L’ambition du projet est de réunir une grande partie de ces connaissances afin d’appréhender l’eau dans un ensemble le plus large possible et ainsi plus complet pour mieux prendre conscience combien nous avons tant à savoir de cet élément.

« L’eau, la médiatrice. » n’est pas un film de plus sur l’eau. Les documentaires sur ce sujet sont nombreux et de qualité. Mais ils sont généralement motivés pour des raisons écologiques ou humanitaires donnant à l’eau un aspect restrictif et donc incomplet. Tout être vivant, bien que composé d’un corps physique, est habité d’une âme. Tout ce qui est vivant fonctionne par le jeu de l’harmonie. La vérité n’est pas parcellée mais globale. Le monde n’est pas seulement une expérience extérieure mais aussi et surtout intérieure. L’eau apparaît alors comme le témoin de notre ancrage excessif dans la matière.

« l’eau, la médiatrice. » est né justement de la volonté d’extirper nos vies de cette excessivité qui nous fige dans la matière temporelle et astreignante. Ainsi notre capacité à voir l’eau autrement nous indiquera combien nous sommes prêts à nous voir différemment et ainsi, de faire des choix de vie vers ce que nous recherchons le plus, sans l’atteindre, car n’étant pas une réalité exclusivement matérielle : le bonheur.

Rodolphe Forget et Loïc Sallet

http://www.filmsdocumentaires.com/portail/film_eau.html

 

Menu du film:

00:00:46 : Le plasma de Quinton.
00:29:24 : La biodynamisation de Marcel Violet
01:01:03 : La bioélectronique de Louis-Claude Vincent
Catégorie : Science et technologie
Licence : Licence YouTube standard
Musique : « Daybreak – Dance » de English Northern Philharmonia (Google Play • iTunes)

 

« L’eau, la médiatrice » Rodolphe Forget

Essenc’iel production


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *